Notre Histoire

Notre Histoire commença avec l’intuition de Jean Martin Moye, un jeune français, Prêtre Diocésain. Il prêchait les Missions dans la périphérie de Metz, Il a été ému par l’abandon dans lequel vivaient les jeunes filles des villages, car elles n’avaient personne pour leur apprendre à lire, à écrire et surtout pour leur donner une formation chrétienne et religieuse.

Quand Jean Martin Moye prit conscience de cette situation il se sentit profondément interpelé. Il commença à se demander ce qu’il pourrait faire pour aller à la rencontre de ces enfants abandonnés. Car Il portait en lui l’expérience d’un Dieu qui est Providence, qui prend soin de tout et de tous (eux /elles), «Même des lys des champs qui aujourd’hui poussent et demain disparaissent» (Cf. Mt. 6,25 et ss)

Jean Martin a progressivement élaboré, prié et discerné un projet : « De même que Jésus avait envoyé ses apôtres, il pensa envoyer des jeunes filles, capables d’aller seules dans les communautés rurales où il n’y avait pas d’école»… Il est arrivé à communiquer son désir à quelques jeunes-filles. Elles se sont senties interpelées, désireuses de donner une réponse concrète devant une telle situation. Marguerite Lecomte et quelques-unes de ses compagnes furent les premières envoyées en Mission, dans les petits villages de la Région de Lorraine, en France. Elles sont parties, seules, sans beaucoup de préparation, mais ayant confiance en la Providence, à une époque, où la valeur particulière de la femme en France n’était pas reconnue.

Ces quatre jeunes filles ont commencé une nouvelle manière de vivre au milieu de ces communautés rurales, dans la simplicité, le partage, la présence auprès des familles. Elles étaient surtout dédiées à l’éducation des fillettes les moins favorisées. En vivant au milieu du peuple à tel point que ce sont les gens eux-mêmes qui leur ont donné le nom de «Sœurs de la Providence».
Sûrement beaucoup de personnes connaissaient cette situation d’abandon dans laquelle vivaient les jeunes filles de la région de Lorraine, en France. Pour Jean Martin et les premières Sœurs la façon de regarder, de connaitre la situation, est devenue une interpellation, une provocation, qui s’est transformée en compassion finalement et le projet d’envoi en mission s’est concrétisé. Dans cette petite population de Lorraine, la Providence de Dieu s’est manifestée dans la présence agissante de Marguerite Lecomte et de ses trois compagnes. Elles furent capables d’ «être providence» pour les fillettes abandonnées et fournirent ce qui leur manquait, elles les ont aidées à trouver plus de sens à leur vie.
Le commencement de notre histoire se situe au XVIII siècle. D’autres jeunes se sont unies à Marguerite Lecomte alors la semence de la Providence s’est répandue. Aujourd’hui elle est présente dans quatre continents.
Comme dans le passé, la Providence du Père se manifeste au monde d’aujourd’hui à travers nos gestes, nos attitudes et enfin à travers notre manière de vivre, d’agir, dans le milieu où nous sommes insérées; nous devenons signes de la Providence de Dieu dans la mesure où nous sommes «la bouche, les oreilles, le cœur, les bras, et les pieds» de Dieu, dans nos lieux de vie.
La Providence de Dieu passe à travers nous. Elle veut s’associer des collaborateurs et collaboratrices. Elle se manifeste par nos gestes, nos attitudes de gratuité, de compassion, de solidarité, de partage, et nous rend capables de générer, de faire surgir la VIE et de révéler que Dieu veut toujours donner la Vie à tous.
Nous parcourrons ce chemin avec la certitude que Dieu ne nous abandonnera jamais. Jean Martin insiste sur cette confiance en la Providence «Faisons tout ce qui dépend de nous et Dieu prendra soin du reste, de ce dont nous avons besoin».
Nous avons déjà célébré les 250 ans de Fondation de la Providence, et son histoire qui nous a amenées dans divers pays, et divers continents., en formant 7 groupes spécifiques, mais vivant le même charisme et la même spiritualité ; nous avons la même racine, le même fondateur: le Bienheureux Jean Martin Moyë. Ainsi nous constituons la grande «Famille Providence» constituée des Congrégations Religieuses de: Portieux, Saint Jean de Bassel, Champion, Gap, Ribeauvillé, San Antonio, Texas, et les Missionnaires Catéchistes de la Divine Providence (Texas).
Nous avons un grand nombre de Laïcs Providence dans le monde : enfants adolescents, jeunes et adultes qui cherchent à vivre du même esprit d’abandon à la Providence, Simplicité, Charité et Pauvreté au sein de leur propre vocation spécifique, tant célibataires que mariés.
Un autre groupe est en développement et croissance: Les Prêtres, Diacres et les Frères Providence. Au Brésil un groupe spécifique se constitue et un autre aussi en Équateur, avec le même esprit de Vie Consacrée, le sens de la Communauté de Vie, et le partage de la Mission.
La Providence se manifeste au long de l’histoire, il nous faut seulement ouvrir nos cœurs aux inspirations de L’Esprit qui souffle là où Il veut et comme Il veut….

Copyright© - Todos os direitos reservados – Irmãs da Providência de Gap